Le message de la directrice exécutive

 Sur Heather               À propos de la FCF             
 Archivé   
   

Février 2019

Bonjour à tous les membres de la FCF,

L’un des mandats les plus importants de la Fondation est de soutenir la recherche, les débats et les publications universitaires dans les domaines de la fiscalité et des finances publiques. Nos liens avec les chercheurs – tant au Canada qu’à l’étranger – nous donnent un aperçu inestimable des questions émergentes et nous permettent d’effectuer des comparaisons à l’échelle internationale et des analyses historiques rigoureuses. La communauté fiscale universitaire au Canada (qui comprend des universitaires des disciplines de l’économie, du droit et de la comptabilité) est relativement petite, mais ses contributions au savoir dans le domaine de la fiscalité sont plus que considérables. Ces contributions profitent non seulement à d’autres chercheurs, mais aussi aux fonctionnaires, aux décideurs et aux praticiens.

La plupart de nos membres savent bien la Fondation est une source de formation fiscale continue pour les professionnels, surtout grâce à nos conférences fiscales et, bien sûr, à notre base de données de recherche, TaxFind. Ce mois-ci, j’aimerais mettre en lumière d’autres aspects de nos efforts pour soutenir le savoir dans le domaine de la fiscalité.

Tout d’abord, il y a nos publications. La publication phare, Revue fiscale canadienne, a été fondée en 1952 et s’est depuis établie comme l’une des principales revues fiscales dans le monde. La revue est quelque peu unique en ce sens qu’elle publie des articles revus par des pairs – par des auteurs de diverses disciplines – ainsi que des chroniques régulières, rédigées par des praticiens, dans une optique plus centrée sur les services professionnels. Comme les lecteurs proviennent de tous ces domaines, universitaires et professionnels, la revue permet donc de diffuser d’importantes recherches fiscales non seulement dans les diverses disciplines de la communauté universitaire, mais aussi dans le milieu des affaires.

Outre la Revue fiscale canadienne (et le rapport sur la Conférence annuelle), notre brillante équipe de rédaction, qui soutient les auteurs tout au long du processus de publication, s’occupe de divers autres projets de publication impliquant des universitaires du domaine de la fiscalité, notamment des monographies sur une grande variété de sujets. Parmi les exemples récents, mentionnons un volume d’essais sur les options fiscales municipales pour financer la ville canadienne moderne, une collection d’articles sur les conventions fiscales à la lumière du projet BEPS, une compilation d’essais historiques marquant le 100e anniversaire de la Loi de l’impôt sur le revenu et une étude exhaustive des frais d’utilisation au Canada. Le contenu de ces livres est riche et diversifié, et il reflète l’évolution des enjeux dans le paysage fiscal canadien et international.

Un autre rôle important de la Fondation est d’appuyer des événements qui rassemblent la communauté fiscale universitaire. Comme je l’ai mentionné précédemment, cette communauté est relativement petite et multidisciplinaire, et les événements qui lui permettent de se rassembler et de partager des idées sont extrêmement précieux. La Fondation parraine depuis des années le symposium annuel organisé par le Centre for Taxation in a Global Economy de l’Université de Waterloo. Ce rassemblement réunit des praticiens et des universitaires, dans le but de renforcer les liens entre les professionnels de la fiscalité (du gouvernement et de l’industrie) et les chercheurs universitaires. Dans le cadre de ses efforts continus pour réunir la communauté fiscale universitaire, la Fondation a également collaboré récemment avec la School of Public Policy de l’Université de Calgary, la Munk School of Global Affairs de l’Université de Toronto et la Osgoode Hall Law School de l’Université York.

Le rayonnement auprès des universités cible aussi, bien sûr, les étudiants de premier cycle et les étudiants des cycles supérieurs. J’ai eu l’occasion de rencontrer des étudiants en fiscalité dans de nombreuses écoles et j’apprécie toujours cette expérience. La directrice régionale du Québec de la Fondation, Julie Vézina, dispose d’un programme de sensibilisation bien développé avec diverses universités québécoises. L’enthousiasme et l’intérêt continus pour la fiscalité en tant que carrière sont clairement évidents chez ces jeunes membres de notre communauté – un signe que nous profiterons encore longtemps de l’étroite collaboration entre les spécialistes de la fiscalité et la Fondation.

On se reparle le mois prochain.

Heather L. Evans,
Directrice exécutive et chef de la direction